Aller au contenu. | Aller à la navigation

Le mot du Bourgmestre
Sections
Vous êtes ici : Accueil Commune Vie politique Le mot du Bourgmestre Le mot du Bourgmestre mars 2018/01

Le mot du Bourgmestre mars 2018/01

Billet du Bourgmestre

Rampe du pont roi Baudouin

J’avais annoncé la réouverture de la rampe du pont roi Baudouin (pour aller vers Basse-Hermalle) le 8 mars prochain.
Malheureusement, les intempéries (vague de froid) ont obligé l’entreprise chargée des travaux de différer la réouverture de quelques jours. Encore un peu de patience.

Le Bourgmestre,
Marcel NEVEN

Réouverture d’une gare à Cheratte ?


Dans le cadre du « schéma de l’arrondissement » de Liège, il y a unanimité pour considérer que la réouverture d’une gare à Cheratte serait plus que souhaitable.
Si nous ne contestons pas l’intérêt d’un tram Seraing-Liège, son pendant en aval de Liège serait bien plus aisé. Une ligne de train existe mais qui actuellement ne dispose plus que d’un arrêt (à Bressoux). Jadis l’utilisation du train (et du bus) était la manière courante de se rendre à Liège (avant la multiplication des voitures). Malheureusement toutes les gares (sauf Bressoux) ont été supprimées. Certes il y en avait beaucoup mais la réouverture (notamment) de la gare de Cheratte permettrait à de nombreux habitants de la région mais aussi du Pays de Herve de se rendre à Liège en évitant les embouteillages stressants et polluants.
Un courrier avait été envoyé en date du 22 janvier relayant les délibérations du conseil communal de Visé quant à l’intégration de la ligne Liège-Visé au Réseau Express Liégeois.


Voici quelques extraits de la réponse du Ministre François Bellot :
« A propos de la possibilité de réouverture du point d’arrêt de Cheratte, la SNCB m’informe que les études qu’elle a menées récemment, tendent à montrer un réel intérêt de développer un accès ferroviaire au point d’arrêt de Cheratte, qui présente un des meilleurs potentiels de voyageurs en région liégeoise.
Par ailleurs, l’étude AnGeLiC Liège a conclu qu’une halte à Cheratte permettrait, d’une part, de diminuer la congestion au sein de la Ville de Liège et, d’autre part, d’améliorer la desserte sur la ligne 40 qui ne compte qu’un point d’arrêt après Visé, à savoir Bressoux.
La concrétisation de ce point d’arrêt est cependant conditionnée par la mise en place des infrastructures nécessaires par la Région Wallonne ou l’Agence de développement pour la province de Liège (SPI), et par les prochains Plans Pluriannuels d’Investissement (PPI) de la SNCB et d’Infrabel (2023).
J’ajoute enfin que la SNCB, Liège Métropole et la SPI se rencontreront le 21 février afin d’examiner l’accessibilité et l’accueil de cette prochaine halte dans le cadre du projet de réaménagement du site du charbonnage du Hasard à Cheratte».
En ce qui concerne la réunion du 21 février, voici un extrait de la communication de la SPI : «La SNCB me confirme bel et bien que l’une ouverture d’un point d’arrêt sur la ligne Maastricht-Liège à Cheratte est envisagée. Une note a été rédigée en ce sens en interne et devrait être validée par Madame Dutordoir (Directrice de la SNCB).


Cet arrêt permettrait d’augmenter la fréquentation actuelle de la ligne qui ne bénéficie pas de suffisamment de points d’arrêt pour intéresser les voyageurs. La SNCB y croit fortement. La vitesse commerciale est bonne et les arrêts supplémentaires ne porteront pas préjudice à celle-ci. La fréquence des trains pourrait augmenter une fois les nouveaux arrêts créés. Deux trains par heure dans chaque sens avec une amplitude de 18h sur la journée.
D’un point de vue pratique, les arrêts doivent faire 265m de long (à Seraing sur la ligne 125A toutefois des arrêts de 180m de long ont été acceptés) et 4m de large. Ils doivent idéalement ne pas se faire face. Une borne « ticket » sera placée dans le sens vers Liège.
La SNCB était à la recherche d’un site à maîtrise publique pour y localiser les quais. Notre entrevue a permis de les rassurer sur ce point puisque la Paire au Bois et les merlons de la Cité sont propriétés communales au Sud et de RVH au nord. L’arrêt serait donc localisé face au charbonnage».
L’espoir est donc grand même si le délai est plus long que souhaité.

 

Le 1er mars 2018,
Marcel NEVEN,
Bourgmestre


Actions sur le document